skip to main content
GE en France

GE en France

Le Groupe GE est implanté dans l'hexagone depuis plus de 100 ans. Le territoire français comporte les activités suivantes : Power ; Renewable Energy ; Energy Connections ; Healthcare ; Oil & Gas ; Aviation ; Digital.

Avec l’acquisition des activités Energie et Réseaux d’Alstom, la place de la France est renforcée dans la stratégie du groupe et fait d’elle l’un des cinq pays au monde où GE est le plus implanté.

GE compte en France de l’ordre de 16 000 collaborateurs dans les business industriels dont plus de 11 000 pour les seules activités dans le secteur de l’énergie y compris la partie Oil & Gas. Avec environ 7 milliards d’euros de chiffre d’affaires, GE est un acteur économique de premier plan dans l’Hexagone. La France accueille par ailleurs cinq sièges mondiaux : Renewable Energy, Hydro, Éolien en mer, Grid Solutions et Power Conversion.

Belfort est le centre technologique pour les Turbines à gaz 50 Hz et le siège de la joint-venture GE Alstom Nucléaire.

Buc est le siège européen de GE Healthcare et le centre d’excellence mondial pour la mammographie, la radiologie interventionnelle et un centre de développement d’applications avancées en imagerie médicale. A Strasbourg GE Healthcare compte également un centre de R&D mondial dédié aux solutions de management de la dose.

La France est aussi au cœur de la transformation numérique de GE avec la première Digital Foundry européenne de GE Digital à Paris. Ce pôle de compétences unique dans le domaine du numérique aidera nos clients à accroitre leur productivité grâce aux solutions logicielles proposées par Predix. Cette plateforme ainsi que nos solutions logicielles assureront à nos clients une meilleure fiabilité de gestion des actifs, une réduction des coûts d’exploitation et des risques tout en améliorant le rendement opérationnel pour leur fournir des résultats probants.

Enfin GE en partenariat avec Snecma (Groupe Safran) a créé en 1974 une des plus grandes réussites industrielles : la JV CFM International qui en l’espace de 40 ans est devenu le premier motoriste au monde fort du succès du moteur CFM56 vendu à plus de 29000 exemplaires fin mai 2016. Le LeapX, le moteur de nouvelle génération, entrera en service en 2016 et a franchi la barre de 10 000 exemplaires de commandes début février 2016. Le LeapX a été choisi pour équiper l’A320 Neo d’Airbus, les appareils Boeing 737 max ou encore du futur C 919 du chinois Comac.

GE et CFM International équipe toute la flotte d’Air France à l’exception de l’Airbus A350 qui dispose d’une autre motorisation.

L’entreprise compte également une vingtaine de sites industriels majeurs sur son territoire, notamment Belfort avec de l’ordre de 4000 collaborateurs se classe parmi les sites les plus importants de GE dans le monde :

Explore Healthymagination

Enfin, suite à la conclusion de l’alliance avec Alstom, GE a dévoilé le 7 décembre 2015 les détails de son plan visant à créer 1 000 emplois nets en France dans ses activités industrielles d’ici 2018. Il se décline en plusieurs projets stratégiques, avec notamment la création d’un Centre d’excellence pour les logiciels.

Le plan annoncé par GE se décline en 4 volets :

  • Création d’une Digital Foundry à Paris, Centre d’excellence pour les logiciels, qui emploiera 250 personnes d’ici 2018. C’est à travers ce centre et cette division que GE concrétisera son initiative la plus ambitieuse, celle de bâtir la première « entreprise industrielle numérique » au monde. Ce sera le deuxième centre de ce type ouvert par GE après celui de San Ramon, qui emploie aujourd’hui plus de 1200 ingénieurs logiciels, et il dotera GE France d’une plateforme majeure d’investissement et de partenariats dont le centre de décision se situera à Paris.
  • Création d’un Centre d’excellence de Services partagés, qui emploiera 200 personnes d’ici 2018. Ce centre gérera les services communs et les infrastructures de support pour toutes les entités de GE en France, afin de favoriser la croissance des activités. Ce centre sera réparti sur deux sites, à Paris et à Belfort.
  • Un volet majeur du développement de l’entreprise consistera à faire éclore la prochaine génération de leaders de GE en France. À cet effet, 240 postes seront créés dans le cadre des Programmes de Leadership d’ici 2018, contre 20 postes aujourd’hui. Ces programmes – dont certains existent depuis plus d’un siècle – ont permis de former un grand nombre des principaux dirigeants de l’entreprise.
  • Réinternalisation de postes de fabrication. Dans le cadre de l’initiative « GE2GE » pour internaliser la fabrication de composants et de pièces, GE créera 310 nouveaux emplois et poursuivra l’expansion de ses activités de fabrication sur des sites privilégiés en France. Les nouveaux profils concerneront des postes hautement qualifiés en technologie, ingénierie, exploitation et au sein des directions.

Afin d’atteindre l’objectif de la création de 1 000 nouveaux emplois nets en France, GE devra embaucher au minimum 3 700 personne d’ici 2018 pour compenser les départs naturels (retraite, redéploiement, consolidation).